Comment choisir ses bâtons de randonnée?

Dans ce billet, nous vous livrons tous les conseils nécessaires pour bien choisir vos bâtons de randonnée, afin que vous puissiez tirer tous les bénéfices de vos sorties en montagne.

Image par ArtificialOG de Pixabay

Pour profiter au mieux et en toute sécurité de vos sorties alpines ou en montagne, l’usage des bâtons de randonnée est fortement recommandé. Ils procurent au randonneur davantage d’équilibre et de stabilité, donc de sécurité, et lui permettent d’adopter une meilleure posture, de se fatiguer moins vite, d’être plus endurant et donc plus performant. Mais tout cela n’est possible qu’à la condition que les bâtons choisis soient adaptés à la randonnée et au randonneur qui les utilisera.

Quel matériaux choisir pour ses bâtons? Quelle poignée choisir? Comment choisir le système de serrage ou de rangement? Dans les paragraphes qui suivent, nous tentons de vous guider dans le choix de vos futurs bâtons de randonnée.    

Les brins des bâtons de randonnée

Contrairement à la marche nordique, en randonnée il vaut mieux utiliser des bâtons multibrins réglables. En effet, si la marche nordique se pratique le plus souvent sur des terrains plats peu escarpés, en randonnée, les reliefs et les types de terrain peuvent changer au cours de la même sortie. C’est pourquoi vous n’aurez pas constamment besoin de vos bâtons et que vous devrez régulièrement ajuster leur hauteur. Il existe deux principaux systèmes de rangement pour les bâtons de randonnée, eux-mêmes divisés en deux catégories. 

  • Les bâtons télescopiques: ils sont habituellement composés de deux ou trois brins qui coulissent entre eux. Pliés, les brins sont complètement imbriqués les uns dans les autres, pour déployer les bâtons, ils suffit de les faire coulisser jusqu’à atteindre la taille désirée puis de les visser ou de les clipser entre eux. En effet, ils sont toujours réglables mais le système de serrage peut être de deux sortes:
  • Les bâtons télescopiques à vis: le randonneur doit visser les brins entre eux lorsque la longueur désirée est atteinte, pour les replier il lui suffit de les dévisser. C’est le système le plus ancien, le plus courant et le plus économique. Cependant, il arrive que la longueur se dérègle soudainement au cours de l’utilisation, ce qui est très surprenant voire dangereux. Si le randonneur visse trop fort ses bâtons pour éviter ce phénomène, ils peuvent être très difficiles à dévisser, ce qui pose aussi problème. En conclusion, le système de serrage à vis est plutôt adapté aux randonneurs du dimanche occasionnels qui pratiquent sur des terrains faciles ou en balade. 
  • Les bâtons télescopiques à clip: le randonneur fait coulisser les bâtons entre eux et les clipse à la longueur désirée. Le serrage est ainsi assuré de manière efficace, rapide et sûre. C’est un système plus moderne, plus fiable, que l’on préfère à son prédécesseur sans hésitation. Par conséquent, il est légèrement plus cher mais vivement conseillé pour les randonneurs qui souhaitent un système de rangement télescopique, qui pratiquent régulièrement et qui ont de lourds appuis sur leurs bâtons. 
  • Les bâtons pliables ou bâtons sécables: généralement composés d’un minimum de trois brins, ils ne coulissent pas entre eux, mais se détachent les uns des autres pour pouvoir être rangés selon un système de pliage en Z puis s’emboîtent les uns dans les autres une fois déployés. Ils sont reliés entre eux par une cordelette renforcée qui les maintient ensemble quand ils sont désolidarisés. C’est un système bien plus rapide que celui des bâtons télescopiques. En outre, les bâtons sécables sont aussi plus faciles à plier et à déployer. Ils sont donc plus maniables, souvent plus légers, plus résistants et moins encombrants une fois pliés (surtout s’ils sont composés de plus de trois brins). Attention, il en existe de deux sortes, et la différence est primordiale.
  • Les bâtons pliables non réglables: il existe des bâtons pliables dont la taille n’est pas ajustable, ce qui convient principalement pour des randonnées sur des terrains plats et faciles, sans grands dénivelés. Nous ne vous cachons pas que c’est un peu dommage d’investir dans de tels bâtons pour ce type de rando.
  • Les bâtons pliables réglables: ils présentent tous les avantages des bâtons rétractables sans les inconvénients. Ils sont solides, légers, compacts, maniables, faciles d’utilisation.

La composition de la tige


Pour les bâtons de randonnée, le choix de l’alliage se fait principalement entre deux matériaux: le carbone et l’aluminium. Les deux options sont excellentes, voyons rapidement les caractéristiques qui les différencient. 

  • Les bâtons de randonnée en aluminium: c’est le choix le plus courant et le plus économique. Ils sont solides, durables, légers et versatiles puisqu’ils se prêtent aussi très bien aux randonnées à ski ou à raquette. 
  • Les bâtons de randonnée en carbone: composés d’un alliage en fibre de verre et de carbone à un pourcentage plus ou moins élevé, ils sont ultra-légers et ont un avantage que les bâtons en aluminium n’ont pas: ils absorbent les vibrations, ce qui préserve les articulations. Ils sont cependant un peu plus fragiles et plus chers. 

Les dragonnes

En randonnée, des dragonnes simples qui se glissent autour du poignet suffisent puisque le randonneur ne doit pas lâcher ses bâtons comme en marche nordique par exemple. Il existe des dragonnes standard, fabriquées à partir d’une simple sangle réglable, et des dragonnes rembourrées pour plus de confort. Plus ergonomiques, elles sont préférables pour les longues randonnées car elles limitent les risques d’irritation ou même d’ampoules. 

Les poignées

Pour des bâtons de randonnée, vous aurez le choix entre quatre types de poignées:

  • Les poignées en plastique: elles n’ont que l’avantage d’être économiques. En effet, le plastique fait transpirer, vous n’aurez donc pas une bonne prise et c’est un matériau rigide qui manque de confort. Cependant elles sont légères et peuvent convenir pour des randonnées courtes et occasionnelles. 
  • Les poignées en caoutchouc: un peu plus confortables que les poignées en plastique, elles conviennent pour des randonnées plus longues. Attention, si le prix d’achat est bas, elles ne sont pas durables et ont vite fait de s’abîmer si elles sont exposées au soleil ou à de basses températures.
  • Les poignées en mousse: ultra-légères, confortables, elles absorbent bien la transpiration mais ont tendance à se dégrader au fil du temps. 
  • Les poignées en liège: un tout petit peu plus lourdes que les poignées en mousse elles restent légères, sont plus durables (matériau noble oblige) et offrent un bon système d’évacuation de la transpiration, ce qui évite l’humidité. Elles ont aussi l’avantage d’absorber les vibrations. 

Les pointes

Élément de liaison entre vos bâtons et le sol, le choix des pointes est très important mais aussi relativement facile. Vous n’aurez sûrement le choix qu’entre de classiques pointes en acier et des pointes en carbure de tungstène. Les premières sont moins résistantes que les secondes et auront tendance à s’abîmer bien plus vite. C’est pourquoi, dans la mesure du possible, nous vous conseillons de choisir des pointes en tungstène. Plus durables, elles offriront une meilleure accroche au sol plus longtemps comparées à leurs cousines en acier, ce qui justifie largement leur prix plus élevé. 

Les embouts et les rondelles

Il est toujours possible de transporter avec vous et d’ajouter si besoin un embout amovible sur vos pointes en fonction du terrain sur lequel vous pratiquez. Sur l’asphalte par exemple, ils atténuent le bruit et le choc provoqué entre la pointe et le bitume, protégeant cette dernière par la même occasion. Les rondelles elles aussi sont interchangeables, ainsi, si vous décidez de pratiquer sur un sol enneigé, il sera nécessaire de remplacer vos “rondelles été” par des rondelles plus larges, appelées “rondelle hiver”.