Comment marcher avec des bâtons de randonnée?

Ça y est, vous avez choisi vos bâtons, vous les avez correctement réglés, vous êtes prêt à partir pour votre première sortie mais souhaitez être briefé avant, pour être sûr de bien savoir comment marcher avec vos bâtons de randonnée? On est là pour ça!

Les nombreux bénéfices de la marche à pied vous ont convaincu de vous lancer? Les avantages des bâtons de marche ne vous laissent pas insensible? Vous avez enfin choisi les bâtons les mieux adaptés à votre pratique et êtes fin prêt à les baptiser? Pour pouvoir profiter de leurs nombreux avantages, il est important de les utiliser correctement, aussi bien pour des questions de confort et de stabilité (donc de sécurité), que de performance et d’endurance.

Si marcher avec des bâtons n’a rien de compliqué, il est important d’adopter les bons réflexes dès le début! Ainsi, lorsque l’on sort en rando avec des bâtons pour la première fois, il est tout à fait naturel de se demander s’il existe une technique particulière pour marcher avec des bâtons de randonnée, s’il y a une façon de les utiliser mieux qu’une autre et s’il y a des erreurs à éviter. Et bien oui! Il existe effectivement différentes techniques et méthodes en fonction du confort personnel de chacun, mais surtout des différents passages à franchir. Montées, descentes, dévers ou obstacles; dans cet article, nous vous livrons tous nos conseils utiles pour marcher comme il faut avec des bâtons de randonnée où que vous soyez. 

Marcher avec des bâtons sur terrain plat

La première chose à faire avant de se lancer est de correctement régler la taille de vos bâtons. Une fois prêt à partir, bâton perpendiculaire au sol et dos bien droit, contrôlez que votre bras forme un angle droit au niveau du coude. C’est bon? Alors enfilez vos dragonnes, c’est parti! 

Il existe différentes techniques pour marcher avec des bâtons, vous pouvez avancer en utilisant vos deux bâtons en miroir, de façon simultanée ou alors, de façon alternée.
Personnellement, nous vous conseillons d’utiliser vos bâtons de manière alternée, surtout sur terrain plat. De cette façon, vous pourrez maintenir un bon rythme, et c’est aussi la méthode la plus naturelle. Vous avancez bras droit / jambe gauche, puis bras gauche / jambe droite, exactement comme vous marcheriez normalement. Les bâtons deviennent alors un prolongement de vos bras, au bout d’un moment, vous oublierez même qu’ils sont là.
Dans les deux cas, technique simultanée ou alternée, nous préférons placer nos bâtons légèrement vers l’arrière, de façon à gagner en propulsion. Si vraiment, vous trouvez plus confortable de placer vos bâtons à l’avant de votre corps pour vous “tracter” en quelque sorte, faites bien attention à ne jamais placer vos bâtons pile poil devant vous, mais sur les côtés, pour qu’ils ne vous entravent pas. Dans le cas contraire, vous risquez de cogner contre vos bâtons, de vous blesser, voire même de tomber, mais surtout, vous serez gêné et freiné par ces derniers. Ce qui est l’exact contraire du but recherché. 

Une aide précieuse pour marcher en montée

Si la montée est légère, sur une courte distance, ne touchez pas à la longueur de vos bâtons. Si vous commencez à les régler à chaque petite variation de terrain, vous n’êtes pas arrivé. Sachez qu’il va falloir faire des compromis, la hauteur ne sera pas toujours idéale, et si votre bras ne forme pas systématiquement un parfait angle droit de 90°, ce n’est pas bien grave. 


Si la montée est abrupte sur une longue distance, dans ce cas, il est judicieux d’ajuster la longueur, en la raccourcissant. 

Si la montée est raide, sur une courte distance, vous pouvez quitter vos dragonnes et saisir vos bâtons en dessous de la poignée, au niveau des manchons si vos bâtons en sont équipés. Évidemment ce n’est pas l’idéal, car vous n’aurez pas le soutien de la dragonne pour soulager votre main et votre poignet, mais pour un court moment c’est une excellente alternative. 

Là aussi vous pouvez choisir, utiliser vos bâtons de façon alternée ou simultanée, surtout si la montée est raide, afin de redoubler la poussée. 

Soulager vos genoux en descente

En descente, les bâtons servent surtout à retenir le randonneur et à lui offrir un équilibre majeur. Ils permettent d’avoir un geste plus sûr, et de se sentir plus en sécurité, surtout si la pente est abrupte, accidentée ou jonchée d’obstacles. Ils sont aussi très efficaces pour réduire les effets de la pente sur les articulations (surtout des genoux) et les muscles des cuisses (quadriceps), ce qui n’est pas négligeable.
Attention, la première chose à faire avant de vous engager dans une descente est de quitter les dragonnes pour ne pas être entravé en cas de chute, et donc risquer de vous faire mal. Une fois les dragonnes quittées, changez votre prise en saisissant directement les poignées ou mieux, en appuyant la paume de vos mains sur le dessus des bâtons.


En descente aussi vous pouvez choisir si oui ou non, ajuster la hauteur de vos bâtons en fonction du dénivelé et de la durée de la pente, puis décider d’utiliser vos bâtons un à un de manière alternée, ou deux à deux. En outre, si la pente est vraiment douce, sur une longue distance, et que le terrain n’est pas escarpé, vous pouvez tout aussi bien choisir de ranger vos bâtons dans votre sac à dos ou de les accrocher à votre ceinture. 

Avancer en dévers

Crédit Photo rottonara sur Pixabay


En dévers, vous devez comme en descente quitter vos dragonnes pour limiter tout risque d’entrave ou de blessure. Vous pouvez saisir le bâton le plus bas, au niveau de la poignée ou poser votre paume sur le dessus de la poignée (en fonction de la solution la plus confortable), et saisir le bâton le plus haut en dessous de la poignée, au niveau du manchon.
Pour plus de confort, si le dévers est sur une distance assez longue, vous avez la possibilité d’ajuster uniquement un seul des deux bâtons, c’est-à-dire de raccourcir le plus haut des deux de quelques centimètres. Enfin, avancez prudemment. 

S’aider des bâtons de marche pour franchir un obstacle

Un autre cas de figure qui peut se présenter à vous est le franchissement d’obstacle: une rivière, un tronc d’arbre ou un gros rocher par exemple. Dans ce cas, les bâtons sont très utiles pour gagner en équilibre et ils rassurent grandement le randonneur. Ils limitent aussi les risques de glissement ou de chute. Pour franchir un obstacle, deux techniques s’offrent à vous: 

  • Vous pouvez positionner vos bâtons par-dessus l’obstacle, et vous tracter. Mais comme nous l’avons précisé plus haut, nous préférons que le bâton soit propulseur, il est donc préférable d’opter pour la deuxième option. 
  • Positionnez vos bâtons au pied de l’obstacle puis franchissez-le. Si l’obstacle est en descente, vous pouvez allonger vos bâtons, et dans ce cas, quitter vos dragonnes et changer de prise, exactement comme pour une descente.