Bien choisir ses chaussettes de randonnée

Ce n’est pas tout d’avoir de bonnes chaussures de randonnée, il faut aussi avoir les bonnes chaussettes qui vont avec. Découvrons ensemble comment bien choisir ses chaussettes de randonnée.

Vous avez passé du temps à choisir la meilleure paire de chaussures de randonnée possible, la plus adaptée à votre niveau et à vos sorties mais aussi la plus confortable, qui vous évitera ampoules et frottements. Et bien sachez que pratiquement tous vos efforts seront vains si vous ne choisissez pas non plus une bonne paire de chaussettes pour aller avec. Sans chaussettes adaptées, à vous les ampoules et les échauffements à répétition. Plus ou moins confortables, solides, épaisses, chaudes, ou hautes, penchons-nous sur les différents critères pour vous aider à choisir la bonne paire de chaussettes afin de profiter au mieux de vos sorties et limiter les risques d’ampoules.

Dans tous les cas, rappelez-vous de ne porter que des chaussettes propres et en bon état, évitez les chaussettes usées ou distendues. Pourquoi? Parce que toutes les parties de votre pied doivent être couvertes de façon à ce que votre peau ne soit jamais en contact direct avec la chaussure, mais aussi parce que vos chaussettes ne doivent pas présenter de plis qui augmentent les risques de frottement. Ainsi, choisissez des chaussettes avec un bon maintien, sans toutefois que le pied ou le mollet ne soit comprimé, et qui épousent parfaitement la forme de votre pied. Enfin, privilégiez des chaussettes qui offrent une bonne évacuation de la transpiration pour être sûr de garder vos pieds au sec et réduire au maximum l’humidité.   

Le choix de la matière

De la matière de vos chaussettes de randonnée dépendent de nombreuses données importantes comme par exemple la respirabilité, la rapidité de séchage, le degré de chaleur et même la protection contre les risques d’ampoules. Il existe de nombreux matériaux différents utilisés pour fabriquer les chaussettes de randonnée, sachez cependant qu’il est rare que vos chaussettes soient conçues à partir d’une seule et même fibre, le plus souvent elles sont composées d’un mélange de deux matériaux distincts. Faisons le point sur les différents matériaux présents sur le marché: 

  • La laine de Mérinos: on la choisit surtout pour sa capacité à isoler du froid. Plus le pourcentage de laine de Mérinos présente dans vos chaussettes est élevé, et plus ces dernières sont chaudes. Vous ne devez cependant pas craindre la surchauffe, puisque ce matériau est aussi thermorégulateur. Adaptée aux peaux sensibles, la laine de Mérinos est élastique et ne gratte pas (contrairement à la laine basique), elle est confortable, douce et soyeuse. Enfin, dernier point positif, étant donné qu’il s’agit d’une fibre naturelle, elle réduit les probabilités d’apparition de mauvaises odeurs. Cependant, à l’encontre d’autres matières synthétiques, elle est moins résistante, plus chère, a tendance à se déformer et évacue moins bien la transpiration. 
  • Les fibres synthétiques: pour favoriser le transfert d’humidité, plusieurs fibres synthétiques ont été développées au cours des années par différents fabricants. On retrouve notamment, l’acrylique, le nylon, l’élasthanne et le polyester qui évacuent mieux la transpiration que la laine, sont plus durables, protègent correctement du froid et sèchent rapidement. Par contre les matières synthétiques présentent l’inconvénient non négligeable de favoriser l’apparition des mauvaises odeurs. C’est pourquoi il est possible d’utiliser un traitement antibactérien qui permet de limiter ce phénomène. Si les fibres synthétiques sont plus résistantes et évacuent mieux la transpiration que la laine, cette dernière reste plus chaude, c’est pourquoi il peut vraiment être très intéressant de combiner la laine de Mérinos aux fibres synthétiques
  • Le coton: en randonnée, le coton présente plus d’inconvénients que d’avantages et n’est pas vraiment recommandé. Certes c’est un matériau naturel et plutôt confortable qui limite donc l’apparition des mauvaises odeurs, mais il isole mal du froid, est abrasif et surtout, il évacue mal l’humidité, au contraire, il l’absorbe et sèche donc très lentement. Qui dit pieds mouillés et humidité dit échauffements, possibilités d’apparition d’ampoules voire de mycoses. C’est pourquoi il vaut toujours mieux qu’il soit associé à d’autres matériaux. De manière générale, nous vous conseillons de limiter son utilisation à de courtes randonnées estivales relativement simples. 

Le choix de la hauteur

De la même façon qu’il existe différentes hauteurs de chaussures (basse, mid et haute), il existe trois hauteurs de chaussettes différentes… et devinez quoi, chaque hauteur de chaussette correspond à une hauteur de chaussure. Difficile de faire plus facile! Toutefois, au moment de choisir vos chaussettes, veillez à ce que ces dernières dépassent légèrement de la tige de vos chaussures, afin que votre peau ne soit pas en contact direct avec la chaussure pour éviter les frottements. Choisissez donc des chaussettes à la même hauteur ou plus hautes que vos chaussures. Si vos chaussures sont basses ou moyennes, n’hésitez pas à prendre des chaussettes montantes pour plus de protection et plus de chaleur. Le choix dépend donc majoritairement du type de sortie que vous vous apprêtez à faire ainsi que de la température extérieure. 

Le choix de l’épaisseur

Le choix que vous faites quant à l’épaisseur de vos chaussettes de randonnée doit dépendre du type de terrain et du type de sortie que vous vous apprêtez à entreprendre, mais aussi des températures extérieures et des caractéristiques de vos chaussures.

En résumé, rappelez-vous que pour les mêmes matériaux, plus les chaussettes sont épaisses, plus elles sont confortables et plus elles isolent du froid. Ce qui implique également que vous avez davantage de probabilité de transpirer plus vite.

Si vous devez randonner par temps froid, voire dans la neige, privilégiez des chaussettes hautes, épaisses, avec un pourcentage en laine de Mérinos plutôt élevé. Si vous devez randonner par temps chaud, évitez les chaussettes trop épaisses qui risquent de vous faire transpirer, ni trop fines, surtout si vous marchez en montagne où les pieds ont tendance à se cogner aux parois de la chaussure. De manière générale, des chaussettes trop fines augmentent les probabilités de frottement. En été, privilégiez donc des chaussettes d’épaisseur intermédiaire avec un haut potentiel de respirabilité et d’évacuation de la transpiration. 

Les détails qui font la différence

La matière, la hauteur et l’épaisseur des chaussettes de randonnée sont des critères très importants dans le choix de vos chaussettes mais ils ne font pas tout. La conception d’une chaussette de randonnée est bien plus complexe que ce que nous pourrions penser à priori et il existe de nombreux autres détails qu’il ne faut absolument pas négliger au moment de l’achat. En voici un rapide tour d’horizon: 

  • le confort d’accueil: il est important que les chaussettes soient le plus confortable possible et que les points de pression soient limités au maximum. Ce qui semble être une gêne infime au moment de l’essayage ou au cours des premières minutes, devient vite facteur d’ampoules ou de douleurs fastidieuses pendant la randonnée. C’est principalement la raison pour laquelle il est nécessaire que les coutures soient plates, notamment au niveau des orteils et que la tige soit extensible pour que le mollet ne soit pas comprimé. 

Si possible, privilégiez des chaussettes adaptées à la morphologie de votre pied qui peuvent varier en fonction de l’alignement des orteils, de la voûte plantaire, de la largeur ou du volume du pied. Il existe aussi des paires avec des chaussettes spécifiques pour chaque pied, le gauche et le droit, qui sont encore plus adaptées à la forme du pied mais moins durables puisqu’elles ne sont pas interchangeables et donc constamment sollicitées de la même façon aux mêmes endroits. 

  • Le maintien: si le mollet ne doit pas être comprimé, notamment pour une question de circulation sanguine, il ne faut pas pour autant que la chaussette redescente ou glisse sous les orteils. C’est pourquoi de nombreuses chaussettes présentent des bandes de maintien à différentes zones du pied. Ce facteur dépend aussi du matériau choisi et de la pointure qui doit être la bonne. En général, les différentes pointures de chaussettes de randonnée sont organisées en fourchettes, si votre pointure exacte se trouve entre deux fourchettes, privilégiez la fourchette la plus basse. 
  • Les zones de renforts: plus vous pratiquez et plus vous pratiquez sur des terrains abrupts et escarpés, plus il est nécessaire que vos chaussettes présentent des renforts de qualité. Ils favorisent la durabilité, la protection du pied et diminuent les risques d’ampoules. Ces zones renforcées se trouvent principalement au niveau du talon, particulièrement sollicité en montée, (remarque: plus la chaussure est montante, plus cette zone de renfort doit être haute), et au niveau des orteils pour éviter les échauffements et absorber les chocs contre les parois de la chaussure, notamment en descente. Sachez aussi qu’une matière adaptée, c’est-à-dire plutôt épaisse et moelleuse comme le molleton ou les bouclettes absorbe de manière conséquente les chocs et réduit les frottements ainsi que les points de contact. 
  • Les zones respirantes: elles sont essentielles pour évacuer la transpiration et réduire l’humidité dans la chaussette (et donc les risques d’ampoules et l’apparition des mauvaises odeurs). 
  • Les chaussettes double peau anti-ampoules: il existe des chaussettes à double épaisseur dites “anti-ampoules” qui sont fabriquées à partir de deux couches de tissus superposées. De cette façon, le frottement a lieu entre les deux couches de tissus et ne se produit pas entre votre pied et la chaussette. Pas mal non?

Les chaussettes imper-respirantes: et comme on n’arrête pas le progrès, grâce à la technologie il a été possible de développer une membrane imperméable et respirable adaptée aux chaussettes de randonnée. On utilise de telles chaussettes avec des chaussures non imperméables lors de randonnées pluvieuses. On vous conseille d’ailleurs de les garder dans votre sac à dos et de ne les sortir qu’en cas de pluie car elles sont plutôt rigides et malgré tout moins respirantes que des chaussettes classiques.